Fantasia 2011: critique de SMALL GAUGE TRAUMA: Une dégustation qui sustente

J’ai complètement oublié plusieurs des films que j’ai vu à Fantasia depuis 97. Je n’ai cependant jamais oublié le moindre court métrage. Fantasia a toujours mis une énergie louable à débusquer de brillants courts, souvent juste avant le moment où la carrière des réalisateurs prend son essor: les courts de Nacho Cerda, I zombie, la Chambre Jaune, Abuelitos, The separation. Bref, j’ai de très bons souvenirs de toutes les sélections de Small Gauge Traumas.   
Cette année, les programmeurs se sont permis quelques digressions qui étaient les bienvenues. Ce ne sont pas les courts métrages d’horreur qui sont les plus surprenants mais bel et bien ceux à caractère dramatique. Une thème ressort subtilement de cette sélection: la consommation, celle des aliments comme celle de la chair.

Survol du menu offert (Cliquez sur les photos pour voir les bandes-annonces):

 SOPHIE GETS AHEAD

USA 2011 | 10 min, en anglais et en gémissements, Damien Pari 

Une dame franchement bandante reçoit une bonne séance de coups de langue dans son  verger. Faudrait que sa mère (au téléphone) et un petit gars slasher qui gambade par là (avec un masque de gimp) lui crisse patience pour qu’elle jouisse. Dans ce monde suintant de fertilité, les appétits se conjuguent. C’est aussi lumineux que c’est drôle et jamais un titre n’aura été à ce point le but, la cause et le moyen en même temps. Il est question de se faire manger dans tous les sens du terme.

 PICNIC 

Espagne 2011 | 13 min, en serbe et en silences, Gerardo Herrero
Une famille unie va manger dans un bois idyllique. Les cicatrices d’un guerre passée couvrent encore le sol sous la forme de mines tout à fait fonctionnelles.  Nous sommes en Bosnie. La tension et le drame que parvient à générer PICNIC en moins de 15 minutes tient du prodige. On carbure ici à grands coups de puissants archétypes. Il n’y a qu’une seule famille, une seul bois et une seule guerre. Les horreurs sont légions et peuvent se multiplier infiniment.

WAFFLE

USA 2011 | 5 min, En anglais et en chialages, Rafael De Leon Jr.

Il faut bien choisir ses camarades de classes avant de faire ses travaux d’équipe. Quand une jeune fille se lie d’amitié avec une étudiante brillante mais défigurée pour profiter de son talent, il est mieux que cette dernière ne le sache pas. Surtout, il est préférable qu’elle ne l’apprenne pas à sa propre table pendant le repas. Sympathique petit slasher culinaire qui nous laisse un peu sur notre faim après les deux substantifiques entrées précédentes.

GOOD MORNING, BEAUTIFUL, USA 2011 | 20 min, en anglais et en larmes, Todd Cobery

Un homme a de la difficulté à surmonter le deuil de son enfant. Sa douleur et sa tristesse transforment peu à peu sa perception de la réalité. Le cauchemar du quotidien prend alors des dimensions lynchéenes. C’est la grosse bouchée de la sélection, en durée comme en technique, en contenu comme en substance. Bien joué, réalisé avec flair, GOOD MORNING, BEAUTIFUL est à la fois absurde, angoissant et traversé de pathos. Comme le MESHES OF THE AFTERNOON de Maya Deren, le monde où tente de vivre le protagoniste et traversé d’onirisme et de mélancolie. Une touchante descente aux enfers, pertinente et audacieuse.

DEVOURMENT

Mexico 2011 | 6 min, en espagnol et hurlements irritants, Lex Ortega

Après le dévoration, c’est souvent l’indigestion. Indigeste, DEVOURMENT l’est au plus haut point. L’idée de base du court, a priori excellente, n’a pas les moyens de ses ambitions; montrer la courte vie d’un zombie en caméra subjective. Malheureusement, on se croirait dans un mauvais clip de métal mexicain et le burritos regorge d’effets bruyants et cheaps. Dommage pour l’idée de base. Quelqu’un d’autre la reprend s’il vous plait?

INCUBATOR

USA 2011 | 7 min, en anglais et cris de douleur, Jimmy Weber

 Tu te réveilles paniqué dans une baignoire pleine de glace. Tu es dans une chambre d’hôtel barricadée. La bonne nouvelle: la cicatrice sur ton flanc suggère de prime abord qu’on t’a peut-être volé un rein. La mauvaise: On t’a rien volé du tout. Dans les petits pots les meilleurs onguents? C’est exactement ça: INCUBATOR est un peu comme du Tiger Balm…que tu utilise comme lubrifiant. Même si l’éjaculation est dramatique est rapide, elle te saisie jusqu’aux tréfonds du trou de graine. Ça brûle en crisse le gréement…


FALLING

Australia 2011 | 7 min, en anglais bavard, Christian Doran

Un intéressant exercice en noir et blanc, avec trois split-screens, nous montrant la chute (au sens véritable et figuré) d’un petit criminel. En nous montrant simultanément le passé et le présent, les impressions intérieures du personnage et les mondes possibles de ses choix, il va sans dire que FALLING est ambitieux et chargé. Le ton très Noir du court voisine la métaphysique et avec ses trois écrans, on se croirait dans un épisode expérimental du comic SIN CITY. 

BIRDBOY

Spain 2010 | 12 min, en espagnol triste sous-titré en anglais, Pedro Rivero

 Après un désastre nucléaire, le monde idyllique d’une société de jolies petites créatures animales anthropomorphisées devient un désert idéologique. Il en revient au freak de service, Birdboy, de donner du sens à la vie d’une souris pour laquelle il en pince un peu. Magnifique film d’animation se situant entre Tarkovsky et Tim Burton, autant au niveau du style que du propos, BIRDBOY est…dévastateur.


PLAY DEAD

USA 2011 | 18 min, En anglais et…jappements quoi!, Andres Meza-Valdes, Diego Meza-Valde  

Deux court-métrages de morts-vivants cette année, deux excellentes idées: montrer une attaque du point de vue du zombie et selon celle de… chiens domestiques. Là où la réalisation de DEVOURMENT ne faisait pas le poids, celle de PLAY DEAD est un triomphe.  L’idée est traitée généreusement à une multitude de niveau. Les zombies sont terrifiants et l’attaque est brutale. Or, nous ne sommes pas directement concernés par la menace; c’est la survie des chiens qui nous intéresse. Qui n’a jamais voulu savoir ce qui allait advenir à nos compagnons dans cette situation? N’allez surtout pas croire que leur survie est chose facile: trouver à manger, traîner partout son maitre récemment contaminé qui ne lâche pas la laisse, enjamber des corps, tenter d’oublier sa maitresse. La cruauté des humains survivants est aussi un facteur à considérer. Je rêve déjà d’une probable extension en long-métrage pour PLAY DEAD; le DVD de ce film pourrait trôner fièrement dans votre collection entre HOMEWARD BOUND et SHAUN OF THE DEAD. Coup de cœur total. Vous aurez même droit à de désopilantes fiches explicatives pour chacun des personnages canins.

 ANIMAL CONTROL

Canada 2010 | 16 min, en anglais muet, Kire Paputts
Je vais devoir paraphraser l’introduction en salle de Mitch Davis pour ce court; c’est simplement un des meilleurs films que j’ai vu à Fantasia cette année, toutes catégories confondues. La performance de notre Nosferatu national Julian Richings, muet et froid comme la mort, est toute empreinte de subtilité et de tristesse. Employé cadavérique d’un centre de contrôle animalier, taxidermiste à ses heures, notre protagoniste se lie d’affection pour un chien malade. Tout est maîtrisé dans ce court; le rythme, la profondeur du propos, le choix des couleurs, les silences. Kire Paputts est une réalisateur qui va s’imposer, c’est une évidence. C’est à en pleurer.-FRANCIS OUELLETTE

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *