Kaval remporte la saison 2 de NXT.

La deuxième saison de NXT vient de terminé et a couronné Kaval (Brandon Silvestry) comme grand champion et se mérite un combat de championnat dans un événement à la carte de la WWE.

Silvestry, luttant auparavant sous le nom Low Ki, est un vieux routier de la lutte professionnelle cumulant une douzaine d’années d’expérience ainsi qu’une trentaine de titres d’à travers le monde. Son style ressemble à celui de Daniel Bryan: expérimenté, agile, technique et avec beaucoup de coeur. On a eu même le chance de les voir jumelés en équipe lors de la 900ième épisode de Raw.

Kaval, qui était jumelé avec les championnes féminines Layla El et Michelle McCool, a offert une performance dans le ring et au micro pratiquement impeccable, malgré une fiche victoire/défaite peu reluisante.

Une autre belle surprise de la saison 2 de NXT est le changement de couleur du commentateur Micheal Cole qui graduellement, devient heel. Cole manquait d’impact lors des dernières années et a commencé une guerre de mots avec Kaval et Daniel Bryan. Les huées du public en salle et les commentaires sur Internet se font sentir et démontrent l’efficacité de ce changement.

– Kaval-Eric Gagnon

RIP ECW… NXT!

Fin d’un cancer en phase terminal, WWE a mis fin à son émission ECW qui était un spectacle de seconde zone. ECW était originalement une ligue de lutte innovatrice et qui prenait des risques, mais la WWE a retiré l’aspect extrême. Comme une bière sans alccol.

Afin de mettre du sang neuf au sein de ses rangs, un nouveau concept d’émission a été présenté: NXT.  L’idée: jumeler une recrue des ligues mineures à un professionnel établi afin qu’il acquière l’expérience et les qualités dont il a besoin. La plupart de ces recrues a une feuille de route intéressante.

La sauce semble tenir et deux lutteurs sortent du lot. D’abord, l’énergique et goofy Heath Slater est associé au charismatique Christian (Jason Reso). La complicité est présente et Slater va profiter de l’expérience de son mentor.

D’autre part, Daniel Bryan (Bryan Danielson) roule sa bosse depuis 10 ans, démontre beaucoup de d’expertise et de coeur. Il éprouve des difficultés face à l’égo de son tuteur, Mark « The Miz » Mizanin qui sait attirer les foudres du public avec ses compétences au microphone. C’est une trame narrative intéressante qui va susciter la sympathie de l’auditoire.

Une idée, je souhaite, qui va faire du chemin.