Dolph Lundgren à la mémoire courte

Lors d’une entrevue accordée dans le cadre de la sortie de son plus récent film, Universal Soldier: Regenration, Dolph Lundgren à déclaré que les films de super héros étaient pour les petits enfants…

«… des gars qui volent d’un immeuble à l’autre dans des costumes rigolos. Je crois que c’est plus pour les petits enfants, de toute évidence c’est une thématique propre aux films de super héros, vous pouvez prendre n’importe qui sur la rue et le transformer en super héros et c’est ce que les gens communs aiment… »

De toute évidence Dolph à la mémoire courte, car dans le passé il a interprété He-Man dans le film Masters of the Univese et le Punisher.

« C’est le seul (film de super héros) que j’ai fait, c’était plaisant, c’était un film pour enfants. Il n’y a rien de mal à ça, c’était il y a 25 ans».

Au sujet de la continuité de son plus récent film, il avait ceci à déclarer : « Je ne crois pas que les gens de nos jours  se posent des questions par rapport à ces choses, ce n’est pas comme dans le bon vieux temps. Maintenant, si le film est divertissant, si les personnages fonctionnent, vous pouvez ramener n’importe quel personnage à la vie 100 fois, même s’il se fait tuer chaque fois. Ça n’a plus d’importance, les gens n’ont plus de temps pour penser à ces choses désormais ».

Je ne sais pas sur quelle terre parallèle notre ami Dolph existe et je ne pense pas qu’il puisse nous répondre, car il ne lit pas de BD, mais je ne crois pas que pour la plupart des spectateurs la continuité « n’a plus d’importance ».

Si vous regardez la quantité des séries télé qui sont sorties dans les dernières années, vous verrez que la plupart sont dotées d’une histoire complexe avec un univers bien précis qui évolue souvent sur plusieurs saisons. Lost, Battlestar galactica et Dexter en sont de bons exemples.

Mais j’imagine qu’encore une fois qu’il est facile de taper sur la pop-culture, car le courant de pensée populaire à son égard est bien connu et qu’il est souvent négatif. Il est tout aussi facile de cerner cette « masse » de gens qui « ne se pose plus de questions » et d’y faire porter des intentions génériques de base…

Dolph, tu ne sais pas de quoi tu parles, assume.

Cliquez ici pour lire l’entrevue complète avec notre ami Dolph.

– Benoit Mercier

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.