Fantasia 2014 – In Order of Disappearance

In Order of Disappearance prend initialement les allures d’un film typique de vengeance pour soudainement quitter les sentiers familiers du genre afin d’adopter un humour noir, grinçant et déstabilisant. Il s’agit d’un récit de gangsters atypique aussi unique que l’environnement dans lequel il prend place, le paysage enneigé de la Norvège.

Nils (Stellan Skarsgard) est un déneigeur qui parcourt les routes de sa région afin de rendre possible la circulation automobile. Un métier que l’homme pratique avec beaucoup de fierté et qui lui vaut le respect de ses concitoyens. Son univers basculera le jour où son fils est découvert sans vie dans une gare, le résultat, dit-on, d’une overdose. Flairant un complot, le père de famille partira à la recherche des hommes responsables de la mort de son enfant. Une quête de vengeance qui l’amènera nez à nez avec un trafiquant de cocaïne puissant et excentrique.

Le réalisateur Hans Petter Moland réussit à créer l’illusion d’une histoire on ne peut plus classique. Un leurre brillant pour lequel il relève le voile petit à petit pour finalement projeter l’audience  dans une succession de périples abracadabrants. Si au départ on prend les quelques moments cocasses comme de la maladresse ou le fruit du hasard, on s’aperçoit rapidement qu’il n’en est rien.

Silences pesants, dialogues mordants et instants ponctués de malaises viennent agrémenter un long-métrage qui peut se montrer sinon aussi violent que cru. Les intentions premières de Nils sont rapidement oubliées, ou très peu mises en valeur, pour se concentrer sur l’univers mafieux norvégien, dont ce dernier est aux prises avec un chef incompétent sur le bord de la dépression nerveuse et joué avec brio par Pål Sverre Hagen.

Le rythme de In Order of Disappearance est presque parfait si ce n’était du début du troisième, un moment de transition durant lequel l’oeuvre semble se chercher et tarder à aller vers sa conclusion qui, malheureusement, se dévoile comme étant prévisible.

Il ne faut pas également passer sous silence le travail de Bruno Ganz qui y incarne le chef d’une organisation criminelle serbe. Bien que peu présents, ses rares moments à la caméra sont hilarants et toujours empreints à une menace qui se dégage de son frêle personnage.

In Order of Disappearance peut s’inscrire sans problème dans la catégorie des films de gangsters nouveau genre. Son humour noir et son ton qui alterne entre l’oeuvre réflective et la violence sont les éléments d’une recette qui fonctionne étonnamment bien. À découvrir avec un gilet par balle et un anorak.

– Benoit Mercier

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.