La jeune fille et l’horreur : 3 films à découvrir !

À quelques semaines de la sortie en salles du dernier épisode de la franchise Twilight, nul ne peut nier présence d’une frénésie romantico-vampiresque, ces dernières années, au sein de la pop-culture. Si ladite série est plutôt grand public, je suggère ici à mes soeurs geekettes quelques oeuvres moins récentes et plus méconnues à se mettre sous la dent.

The Company of Wolves (1984)

Laissons les vampires de côté pour un instant et parlons du loup. The Company of Wolves de Neil Jordan plaira aux plus gothiques d’entre vous, mais également à toutes celles qui sont passionnées de contes de fées sombres et de littérature fantastique en général.

Comme nous le faisaient remarquer l’équipe du 7e antiquaire dans son émission consacrée au film, c’est presque du théâtre filmé, additionné d’effets spéciaux organiques. On y suit les contes racontés à et par Rosaleen, qui fait office de petit chaperon rouge ni innocent, ni vicieux. Simplement, la jeune protagoniste découvre, sans les mécanismes de romcoms prévisibles, des vérités sur les relations amoureuses et le chemin vers l’âge adulte.

Phenomena (1985)

Avant d’être lancée dans un Labyrinthe avec un David Bowie en leggings, Jennifer Connelly campe le rôle d’une jeune télépathe qui a le pouvoir de communiquer avec les insectes. Le film est de Dario Argento, qui a signé le classique Suspiria et ainsi, reprend ses thèmes d’école de filles où le danger guette les jeunes protagonistes.

Bref, pas vraiment de romance dans ce récit, mais les amateurs de figures féminines originales dans le monde de l’horreur seront comblés. En prime : l’excellente musique des Goblins !

Near Dark (1987)

Bon, selon des analyses de schémas actanciels, certains pourraient dire que Near Dark est un genre de Twilight inversé, où le beau Caleb devient vampirisé par la jolie Mae, les familles s’en mêlent et ainsi de suite. Mais au niveau du ton, voire simplement du genre de cinéma que fait Kathryn Bigelow, la réalisatrice du film en question, il serait, selon moi, trop simple de le désigner ainsi.

Cela dit, en 2008, le producteur du potentiel remake, Brad Fuller, affirmait que ledit projet serait probablement annulé à cause de sa trop grande similitude avec Twilight au niveau du concept. Si je crois que les maniaques de Twilight seraient sûrement déçus si l’on leur vendait Near Dark comme un Twilight rétro (voir anecdote intéressante ici), je suis d’avis qu’une maniaque de Twilight qui veut s’initier à des récits vampiriques plus alternatifs y trouvera son compte.

Joyeux Halloween à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.