Steve Jobs vs Google et Adobe

Cette nouvelle ne concerne pas la pop-culture directement, mais comme les outils technologiques sont une partie importante du monde du divertissement, j’ai cru bon la mettre en ligne. Aussi, elle est un brin drôle.

Le iPapi fait parler de lui sur les portails de nouvelles technologies. Le dirigeant de Apple au col roulé noir semble ne pas avoir la langue dans sa poche en ce qui concerne la compétition ni ses potentiels alliés.

Cas numéro 1
Le gourou de la pomme a sermonné Adobe concernant la technologie Flash. Comme ceux qui ont un iPhone (et éventuellement un iPad) le savent, vous ne pouvez pas voir le contenu Flash d’un site web. Monsieur Jobs a soutenu cet embargo en disant que Flash était énergivore, faisait planter les Mac (!) et, selon Symantec, détenait un bilan de sécurité médiocre pour l’année 2009.

Adobe ne tentera plus de développer Flash pour les iPhones, soulignant que Apple travaille en circuit fermé, c’est mauvais donc pour les développeurs et finalement, pour les consommateurs.

Cas numéro 2

Steve est reconnu pour parfois répondre personnellement à des courriels de commentaires et/ou plaintes de clients Apple. Lorsqu’un usager a vu une application de caricature bannie du Apps Store, ce dernier a écrit à M. Jobs pour se plaindre. Steve a donc répondu qu’il reconnaît que Apple n’aurait pas dû bannir cette application (qu’ils ont d’ailleurs réintégré plus tard). Ils s’est permis de rajouter du coup «les gens qui veulent de la pornographie peuvent se procurer un Android de Google».

Mac et pornographie pas compatible? Faudrait en parler à Dave Chapelle

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.