Les Trailers Park Boys de retour sur Showcase

C’est la veille de mon départ pour les maritimes et ceux qui me connaissent ne seront pas surpris de ma visite sur les lieux de tournage de la série Trailer Park Boys, Sunnyvale.

Après 7 saisons et 2 longs métrages, Wells, Smith et Tremblay ne sont pas au chômage. En novembre prochain, la station Showcase dffusera une série de 6 épisodes intitulé The Drunk and On Drugs Happy Fun Time Hour dans une formule qui a fait le succès du trio : le mocumentaire.

L’histoire est inspiré de l’interaction, hors-plateau, des acteurs et du public ne pouvant faire distance et offrant constamment drogue et alcool. Mike Smith, qui jouait Bubulle, décrit la série comme « Curb your enthusiasm après que la tête ait été fracassé par un marteau et nourrit de force par du fort et de la drogue. Belle synthèse.

Les Halifaxois seront rejoint par le « couple gai de superviseurs » et vieux complices John Dunsworth et Pat Roach. Ils seront joint par James Lifeson de Rush et Jay Baruchel. Un cameo de Jason Mewes avec ça?

Anecdote : ma passion pour TPB a même contaminé le Café Chaos où les employés abusent de l’expression « Plus. T’as suce plus » du gardien Donny, dont la voix québécoise est Jacques « Esco » Lussier.

– Ricky-Eric Gagnon

Old spice, nouveaux médias

Selon moi, il y a quatre symboles de la virilité américaine : Dodge, Marlboro, Jack Daniel’s et, finalement, Old Spice. Ce dernier a une place dans ma vie d’homme. Quel était la tasse pour la mousse à barbe et le blaireau que mon père utilisait lors de ma jeunesse? Old Spice. Quel vaporisateur ai-je vidé sur un collègue de travail arrogant m’ayant traité de « gros tas »? Old Spice. Qu’ai-je acheté au Quick Stop, lors de mon voyage au New Jersey? Du f#*&ing Old Spice.

Fin de l’anecdote.

Old Spice s’est mis à jour et nous offre une campagne de publicité géniale. Plus mâle que ça, tu attaques une tarasque à main nue et tu chiques du plutonium. Quoi de mieux que Terry Crews, l’ex-joueur de la NFL, filmé par les gars de Tim and Eric Awesome Show pour mettre du poil « sul’chest ».

L’étape suivante est d’entrer dans la fantaisie, l’absurde et l’idéal. Moins intense, mais plus charismatique, Isaiah Mustafa existe pour les dames.  Après avoir filmé 4 publicités pour le petit écran, la technique de marketing devient virale. En 24 heures, dans un simple décor de salle de bain, Mustafa a tourné 181 vidéos en réponses à des commentaires publiés sur Facebook, Twitter et autres médias sociaux. Qui peut se vanter de flirter avec Alyssa Milano?

Une bonne campagne de publicité sait bien se faire parodier. La librairie Harold B. Lee de l’université Brigham Young,  à Provo, en Utah, a produit rapidement une vidéo faisant la promotion de leur service. Le jeu de Stephen Jones est juste et efficace. Le goût du savoir; je retourne sur les bancs d’école.

– P-p-p-p-p-p-Power-Eric Gagnon (j’en ai même tagué le mot « virilité »)

Lutte et Comic Book : même mythologie

Contrairement à mes collques des Mystérieux étonnants qui ont bâti leur univers autour de DC et Marvel, j’ai bâti le mien autour de la WWF (devenue WWE) et de la NWA et plus tard, la WCW et le ECW.

Afin de faire un parrallèle entre c’est deux geekverses, je fais aujourd’hui un exercice de style en comparant la psychologie des Superstars de la lutte à celle des superhéros. Personnages, gimmick et spandex sont au centre du changement commercial amené par Vince McMahon, le Stan Lee du catch.

Le porte-étendard de la lutte est le légendaire Hulk Hogan (Terry Bollea). Il représentait la force pur et l’honneur comme Superman l’est. Le flambeau est porté maintenant par John Cena; ses détracteurs le surnomme ainsi, car ils le trouvent fade et prévisible.

Batman, un personnage sombre et vengeur, prend les traits du Undertaker (Mark Callaway) dans la WWE et de Sting (Steve Borden) dans la WCW et la TNA. Il faut noter que le personnage de Sting est aussi une reprise de The Crow.

Certains lutteurs reprennent pratiquement l’attirail comme Rey Mysterio (Oscar Guiterrez) en Spiderman et Gregory « The Hurricane » Helms qui est un fan incontesté du Green Lantern. D’autres lutteurs sont des superhéros en eux-même tel que l’Ultimate Warrior (Jim Hellwig), un combattant intergalactique se nourrissant d’énergie cosmique. He-Man sur l’acide.

Est-ce tous les héros canadiens se ressemblent? Sensiblement. Les techniciens Bret « The Hitman » Hart et Chris Benoit partagent le même esprit que Wolverine. Ils sont rangés du côté de la justice, mais vivent selon leurs propres valeurs et sont fidèles à leur idéaux. Le surnom de Benoit était The Rabid Wolverine.

Les lutteurs dont la psychologie de personnage est la plus riche sont souvent des tweeners. Ils balancent entre le bien et le mal et sont adorés du public malgré leur attitude et leur tactique déloyale. Les hommes riches attirent à la fois la hargne et le respect des gens : Le ladiesman et charismatique Ric Flair est une sorte de Tony Stark fourbe pendant Doctor Doom peut ressembler au millionnaire du ring, le mégalomane Ted DiBiase (le père, pas le fils؟).

De leur côté, l’impitoyable « Stone Cold » Steve Austin, la vipère Randy Orton et l’opportuniste et rusé Edge (Adam Copeland) sont respectivement Punisher, Venom et Gambit. Shawn Michaels, à la fois aimé et détesté est une jeune leader arrogant et douchy comme Cyclops. Finalement, Bullseye est autant  bagarreur, provocateur, intelligent et vif que Rowdy Roddy Piper (Roderick Toombs).

Les superhéroïnes trouvent aussi le compte: la neuvième merveille du monde Chyna (Joanie Laurer) symbolise le femme forte et libérée tout comme Wonder Woman. Catwoman pourrait être interprétée par l’acrobatique et énigmatique Lita (Amy Dumas).

Les géants ne sont pas mis de côté : André the Giant (André Roussimoff) et The Big Show (Paul Wight) s’apparente à Hulk tandis que Big Van Vader (Leon White), un lutteur endurant, énorme mais agile, est Juggernaut.

– Hitman-Eric Gagnon (Merci à Macho Man Benoit Mercier et Stone Cold Laure Anne Lafrenière)

Youppi, une comédie musicale sur le hockey ؟

Qui ne peut pas avoir d’appréhension quand on annonce qu’en octobre il y aura une comédie musicale (une des choses les moins virils) sur le hockey (une des choses les plus virils)? Sommes-nous obligé de vampiriser le succès de Battle of the blades?

Quand on souhaite que le cinéma canadien (ou autre cinéma) soit une industrie en santé, pourquoi il y a toujours un film mongol pour miner sa crédibilité? Qui a décidé un jour d’écrire Score : a hockey musical, un film sur un futur Sidney Crosby hippie dont la mère est Olivia Newton-John avec un simili-Michael Cera sur patin?

Est-ce une façon de nous latter les couilles d’un des derniers bastillon de la virilité ou un clin d’oeil humoristique et fromagée?

– Hockey-Eric Gagnon ?

Épisode 18 première partie – Les Mystérieux étonnants (édition WebTV)

Cette semaine, Les Mystérieux étonnants ont rencontré Simon Laperrière et Nicholas Archambault, programmateurs pour le festival Fantasia, afin discuter des nouveautés apportées au festival ainsi que de la programmation 2010

Consultez le site internet du festival :

http://www.festivalfantasia.com/

La suite de l’entrevue bientôt en ligne.

Animation: Benoit Mercier, Yoann-Karl Whissell
Caméraman: Louis-Éric Gagnon
Monteur: Louis-Éric Gagnon

De nouveaux Botchamania

Il y a quelques mois, je vous ai parlé de Botchamania, une compilation des meilleurs pires moments de la lutte professionnelle. Le créateur de ces capsules d’une dizaine de minutes, le Britannique Maffew, vient tout juste d’en publier quatre.

Vous pouvez y voir des moments hilarants comme la blessure de Randy Orton à cause de son intensité dans Botchamania 137 et un problème technique avec Jim Ross dans Botchamania 138 (vers 2 minutes).

– Lutte-Eric Gagnon

Tu ne connais pas le point d’ironie ؟

Il ne fait pas chaud du tout؟ La chaleur nous rend un peu plus sarcastique et c’est pourquoi je vous entretiens d’une ponctuation pratiquement inconnue : le point d’ironie.

Histoire: au XIXe siècle, le poète Alcanter de Brahm a proposé cette nouvelle ponctuation ayant pour but de nuancer un propos dont l’intention est ironique.

Comme le point d’exclamation et le point d’interrogation, le point d’ironie permet de signifier l’intention sans avoir l’obligation de mettre en contexte. D’ailleurs le symbole du point d’ironie est le même que le point d’interrogation arabe.

Voici quelques utilisations utiles:

Les pieds dans le vide est un excellent film؟ (l’ironie agressive)

– Tu es tellement humble؟ (l’ironie négative indirecte)

– Le cynisme est un chose extraordinaire؟ (l’ironie ironique ou la contre-ironie)

– ؟-Eric Gagnon … … not! ؟

Qui est Watson?

Après que Deep Blue ait défait Kasparov aux échecs dans les années 90, IBM est en train de créer un ordinateur pouvant compétitionner à Jeopardy.

Dans ce projet, l’ordinateur peut comprendre une question, entendre les subtilités des catégories et sortir les réponses probables. Un pas en avant pour l’intelligence artificielle.

Visitez le site d’IBM pour en savoir plus.

– AI-Eric Gagnon

Pourquoi aimer le Canada?

Dans la même veine que l’article de Laure Anne Lafrenière, voici des raisons pour apprécier le Canada.

Peut-être même vous irez un jour fêter le Canada Day à Ottawa. Pourquoi? Parce que la concentration de rousses aux gros seins est la plus élevé de ce côté-ci de l’Atlantique.

1. Trailer Park Boys (Halifax, Nouvelle-Écosse)

Bien avant les Bougons, les trois vauriens des Maritimes se sont établis comme référence du trailer-trash. Avec 7 saisons et deux films, ils sont devenus un incontournable de la culture canadienne. Si vous passez par Halifax, il faut aller au Bubble’s Mansion.

2. Jay Baruchel (né à Ottawa, Ontario, grandit à Montréal, Québec)

Montréalais d’adoption, Baruchel est la nouvelle sensation d’Hollywood. Malgré tout, il a son coeur collé sur la ville aux 100 clochers et est revenu faire Le Trotsky de Kevin Tierney.

3. Alanis Morissette (Ottawa, Ontario)

Belle, talentueuse et ingénue, Alanis est ce qu’il y a de mieux de l’époque post-grunge. C’est elle Dieu.

4. Rush (Toronto, Canada)

Ils seront au Festival d’été de Québec le 15 juillet et un documentaire vient de sortir en salle par Scot McFadyen et Sam Dunn qui nous ont donné Metal: A Headbanger’s Journey.

5. Bret « The Hitman » Hart (Calgary, Alberta)

L’ex-champion du monde de lutte a influencé son milieu en présentant une lutte plus technique et a démontré qu’il n’est pas nécessaire d’être une brute stéroïdée pour fun un bon show.

6. Seth Rogen (Vancouver, BC)

Rien à dire de plus, il a sûrement influencé le choix de sa ville pour obtenir les derniers Jeux Olympiques.

Bon Canada.

– Canada-Eric Gagnon

Indicatifs rétro-futuristes

Il n’y a pas très longtemps, j’ai écrit une série d’article sur les meilleurs thèmes de la télévision québécoise. En naviguant, je me suis rappeller que j’ai aussi une fascination pour les indicatifs. Spécialement ceux qui sont rétro-futuristes.

Voici tout d’abord une compilation d’indicatifs américain des années 70 et 80.

Tandis que le logo de TVA des années 80 rappelle la programmation d’été et les films d’Elvis Presley, ce qui suit sent la fricassé, le spaghetti, le poulet cuit au four et la pâté chinois. C’est l’époque du Club des 100 watts à Radio-Québec.

Radio-Canada a toujours eu le tour de faire des indicatifs et des thèmes qui reste dans la mémoire: les Beaux Dimanches, la Semaine verte et le jingle des nouvelles radiophoniques (le son de l’objectivité comme dirait l’autre).

Pour les quelques émissions britanniques que notre télé diffusait, voici l’indicatif mémorable de Thames.

Question : Est-ce que quelqu’un à le thème de Loto-Québec?

– ID-Eric Gagnon

Dominique Michel atteinte du cancer.

On vient d’apprendre que la marraine de l’humour au Québec, Dominique Michel, est atteinte d’un cancer du colon. Afin de rendre hommage à cette grande dame, je vous propose quelques vidéos.

Cumulant plus de 55 ans de carrière, Dodo a commencé sa carrière dans les cabarets en tant que chanteuse.

Avec son oeil malin et son énergie débordante, elle a ensuite naturellement sauté dans le milieu de l’humour. Elle a joué dans Moi et l’autre avec sa complice, Denise Filiatrault.

Finalement, elle est la reine des Bye Bye : elle a participé à 17 d’entre eux.

Nous lui envoyons beaucoup d’énergie pour sa guérison.

– L’autre-Eric Gagnon