Mes meilleurs moments avec moi dedans- Un billet de Doctor Doom sur Doctor Doom

Salutations à tous.

Moi, Doom, Seigneur de la Latvérie (accessoirement un faux pays de l’Est où je règne en despote crains mais adulé à la fois, comme PKP chez vous), maître des arts mystiques bien plus puissant que Doctor Strange, maître de la technologie bien plus brillant que Tony Stark, génie terrestre beaucoup plus imposant que cet imbécile de Reed Richards, n’est pas homme à se répéter. Soyez attentifs.

J’ai des robots aussi puissants que moi qui pensent qu’ils sont moi quand je ne suis pas là, une armée de cyborg, une machine à voyager dans le temps et une belle collection vintage de vinyles que j’écoute seul en regardant la pluie. Je n’ai que faire des vermisseaux répugnants que vous êtes tous mais je suis parfois homme à faire des exceptions. Par exemple, j’aime tellement mon fils adoptif Krystoff que je lui ai lavé le cerveau pour qu’il soit persuadé qu’il est moi le jour de ma mort (même si Doom est éternel), j’ai sauvé ma maman gitane des flammes de l’enfer et pour l’occasion, je vais souligner l’anniversaire de Laurent Boutin, en lui faisant une palmares de mes meilleurs moments qui prouvent ma splendeur et ma supériorité. Je suis le plus grand villain de tous les temps. Rien n’est plus glorieux que de se faire souhaiter « bonne fête » par Doctor Doom, le suprême, l’absolu.

Par où commencer! La liste des meilleures histoires de Doom est longue…mais j’irai pour les incontournables, ces absolus « must-have » qui permettront aux manants de comprendre ma magnificence. Ne vous étonnez pas si plusieurs de ces histoires sont de John Byrne: c’est lui mon meilleur chroniqueur et son égo est probablement encore plus démesuré que le mien, donc. Mais Bah…commençons

5-FANTASTIC FOUR 258:

 Dans ce numéro exceptionnel écrit et dessiné par John Byrne (avec une des plus belle page couverture de tous les temps) nous passons tout simplement une journée en Latvérie auprès de moi. En me suivant dans mon quotidien, on comprend mieux mes motivations profondes et pourquoi tout ira mieux dans le monde le jour où je régnerai. On voit comment mon pays est une utopie bucolique maintenue par ma main de fer tyrannique. On m’y voit aider le peuple, écouter ses doléances, jouer avec mon fils adoptif et péter ma coche quelques secondes après quand il suggère que Magneto est probablement aussi puissant que moi:

On apprend aussi ce qu’il arrive à un de mes Doombots quand il a failli à sa tâche. Je vole les pouvoirs de Silver Surfer,  je tue par la suite le scientifique qui m’a aidé à le faire et on voit comment je m’habille à tous les matins (tout ce que fait Doom est glorieux), comme toutes les grandes figures tragiques qui se respectent, en quelque part entre Dracula et le Fantôme de l’opéra mais sans les larmes de faiblesse.

On me voit aussi prendre le thé.

4-SECRET WARS 10-12

Une des mes grandes victoires: ma bataille contre le Beyonder, une entité cosmique qui avait l’air d’un membre du groupe WHAM qui flotte dans l’espace. Pendant quelques temps, je deviendrai cosmique et suprême en 4 étapes:

1-Je m’infiltre dans le vaisseau de Galactus pendant qu’il est occupé avec Le Beyonder et j’en ‘étudis la technologie cosmique  pour me l’approprier.

2-Je dissèque le villain Klaw et me sert de ses parties pour tranférer l’énergie de Galactus dans mon armure

3-Je profite de la faiblesse de Galactus pour lui péter la yeule en sang (une scène flashback d’un autre temps , je lui ai pété la gueule plus de deux fois)

4-Je deviens Galactus et j’absorbe les pouvoirs du Beyonder affaibli par sa bataille avec Galactus. Après, je vais sauver ma maman des Enfers en pétant le gueule à Méphisto.

Good times!

 

3-Fantastic four 246:

Dans une bataille épique où je détruis presque systématiquement mes pires ennemis, je leur fait comprendre qu’en fait, j’étais venu pour EXIGER leur aide afin de retrouver le contrôle de mon pays assiégé par un despote encore pire que moi. Pourquoi demander de l’aide quand on  peux l’exiger en battant les gens? J’arrive aussi à leur prouver que la Latvérie a besoin de Doom. Impérativement.

2-FANTASTIC FOUR no. 200Dans cette histoire, non seulement je prouve ma supériorité intellectuelle sur Reed Richards en lui redonnant ses pouvoirs qu’il avait perdu, mais j’ai l’intention secrète  de répliquer les pouvoirs des FF et de les transférer dans un clone de moi même qui va ensuite devenir le monarque de la Latvérie pendant que je prend un break. Oh et je pète la gueule à Reed Richards comme jamais dans sa vie.

1-.Fantastic Four #236 “Terror in a Tiny Town”

S’il vous fallait une seule histoire avec Doom , c’est celle-ci. Doom vous garde la surprise. Tout est parfait là-dedans: le script et les dessins de John Byrne, le plan machiavélique de Doom, le démantèlement psychologique qu’il fait subir à ses ennemis. Tout est parfait. Comme Doom!

Sinon, Doom a aussi quelques moments exceptionnels qui méritent d’être mentionnés:

La fois où j’ai été sexiste:

La fois où j’ai été raciste et j’ai pas payé Luke Cage parce qu’il est noir

 

La foi où j’ai complètement détruit Silver Surfer à grand coups d’invitations.

Et ça, sales paysans, c’est ca qui fait que Doom est le plus grand.

 

Bonne fête Laurent.

-FRANCIS OUELLETTE

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.