Fantasia 2015 – The Blue Hour

10690055_1000661379948200_6915379994271862480_n

Rares sont les œuvres thaïlandaises qui se rendent jusqu’à nous; en pensant rapidement, on pourrait ne nommer que le film d’arts martiaux Ong Bak et quelques court-métrages publicitaires fort émouvants qui connaissent un certain succès sur la toile. The Blue Hour d’Anucha Boonyawatana, qui fait actuellement le tour des festivals dont Fantasia et la Berlinale, rejoint non seulement ce groupe d’exceptions, mais il nous surprend par son genre : un drame d’horreur homosexuel.

Onthakan (son titre originale) présente les (més)aventures de Pam, un adolescent gai qui se fait battre par ses confrères de l’école et qui se fait rejeter par sa famille. Il trouve refuge dans les bras du mystérieux Phum qu’il a rencontré sur l’internet et dont ils se donnent rendez-vous dans une piscine abandonnée qui serait, selon ce dernier, hantée par des esprits. Leur relation se développera plus loin que la simple aventure d’un soir promise et ils retourneront à cette piscine qui deviendra de plus en plus effrayante. Enfin, le tout prend une tournure encore plus noire dans un dépotoir lorsque la soif de vengeance fait surface. (Le drame plane au-dessus de Pam comme un vautour dans ce film aux cinquante teintes de bleu.)

The Blue Hour est une œuvre intimiste où l’horreur demeure des plus fines, mis à part pour un quart de seconde. En fait, tout dans ce film est suggérés plutôt que montrés (comme les rares scènes de sexe) et plus le récit avance, plus on progresse dans les eaux troubles du suspense sans jamais, au grand jamais quitter toutes les sortes de tensions.

Le jeu des acteurs est correct, mais les côtés techniques sont plus que maîtrisés. Et le choix des décors est plus que réussi; outre les diverses tensions, le film repose beaucoup sur ces lieux.

The Blue Hour est un film parfait pour le circuit des festivals et une superbe carte de visite pour son audacieux réalisateur (et coscénariste) dont il s’agit de son premier long métrage. Malheureusement, le rythme lent et la longueur excessive du film (96 minutes alors que le tout aurait pu être une dizaine de minutes plus courtes) et la promesse d’une véritable horreur qui ne se matérialise pas font de cette œuvre non pas une œuvre à éviter, mais qu’à considérer. Malgré tout, The Blue Hour se mérite une belle note.

– ‘xim Sauriol

Mystérieux Étonnants #421FDL et Podcast au Québec

Cette semaine, on reçoit Éric Boisvert, programmateur au festival Fantasia et « l’ex-nerd » François Dominic Laramée afin de discuter de la situation du podcast au Québec. Bien sûr, comme à l’habitude, nous vous partageons également les dernières nouvelles sur l’univers de la pop culture, jeux vidéos, BD, films, télévision, etc.

Diffusion originale: 27 juillet 2015
Site web: MysterieuxEtonnants.com
Cet épisode a été enregistré à CHOQ.ca
© Les Mystérieux Étonnants. Tous droits réservés.

Téléchargez l'émission ici Abonnez-vous sur iTunes Fil RSS

Fantasia 2015 – Deadman Inferno

Deadman_Inferno

Les zombies sont partout depuis quelques années. Des jeux vidéos en passant par le cinéma et la bande dessinée et sans oublier la populaire télésérie The Walking Dead. Malheureusement, cette surabondance de morts-vivants se traduit parfois par une fatigue. À défaut d’exploiter le genre d’une manière originale et divertissante, il est facile de tomber dans le « remâchage » de vieux clichés qui n’apportent, finalement, rien de nouveau.

Deadman Inferno de Hiroshi Shinagawa évite les pièges qu’offre habituellement le « Zombie Movie ». S’il arrive parfois que le récit emprunte aux codes qui sont si chère à ce type cinématographique, ce n’est que pour y rendre hommage avant de les amener dans une tout autre direction. Le résultat est un cocktail explosif idéal pour les amateurs de Fantasia où l’hyper violence côtoie l’humour et les situations rocambolesques.

Continuer la lecture de « Fantasia 2015 – Deadman Inferno &rquo;

Fantasia 2015 – Princess Jellyfish

princess jellyfishLes « geeks » sont une race à part, tout le monde le sait. Ces êtres intenses, obsédés par un sujet qui les passionnent plus que tout au monde et qui souvent semblent vivre dans un univers différent du reste de la planète. Tsukimi est une « geek » de méduses; depuis sa plus tendre enfance elle est fascinée par ces êtres aquatiques gracieux qui semblent éthérés et presque surréels. Elle habite une maison remplie d’autres de son espèce; une « geek » de train, une fille qui adore les items traditionnels japonais, une autre qui est obsédée par un texte historique chinois d’époque… Les filles cohabitent à merveille mais ne fonctionnent pas si bien à l’extérieur des murs de la maisons, là où les humains fabuleux (jolis et normaux) vivent.

Un soir, en tentant d’aborder un bel être humain dans le but de sauver une méduse dans une animalerie, Tsukimi fait la rencontre de Kuranosuke, une jeune fille absolument superbe, avec un sens de la mode irréprochable. Naturellement, Tsukimi est immédiatement pétrifiée (littéralement) par Kuranosuke, d’autant plus qu’elle découvrira rapidement que sa nouvelle amie est en fait… fils de politicien! Les malaises et les quiproquos déferlent mais Kuranosuke gagnera rapidement le coeur de toutes les filles de la maison est les aidant à contrer un projet municipal qui raserait leur demeure.

Tenter d’adapter une série animée en prise de vue réelle n’est pas une tâche simple et le résultat dépend très souvent de la capacité du réalisateur à saisir et reproduire l’esprit du matériel original. La série Princess Jellyfish est adorable et permet à quiconque s’est un jour senti dans la marge de la société de se retrouver dans le personnage de Tsukimi. Le film abonde dans le même sens: on suit son développement émotionnel avec intérêt et on ressent ses petites victoires un peu comme les nôtres. Malgré quelques longueurs, on s’amuse beaucoup grâce à l’humour très naïf et aux personnages attachants. Reste qu’on a droit ici à une comédie romantique on ne peut plus typique et le ton un peu ringuard n’est définitivement pas pour tout le monde. La plus grande déception selon moi est la très belle relation qu’on voit grandir entre les deux personnages principaux mais qui, ultimement, ne nous offre pas la satisfaction émotionnelle qu’on recherche dans ce genre de cinéma. Tout de même un film léger et agréable, qui vous décrochera sans doute un sourire. Une bonne raison d’aller également découvrir la série animée!

Fantasia 2015 – Jeruzalem

Jeruzalem - Copy

S’étant fortement inspiré du Livre d’Ézéchiel, troisième de l’Ancien Testament, dont son passage La Vallée des Ossements, les frères Yoav et Doran Paz ont créé une version 2.0 de l’Apocalypse dans le film d’horreur israélien Jeruzalem.

Filmé illégalement ou avec un permis de documentaire dans certains des lieux les plus Saints de Jérusalem, et donc de la planète tout entière, on y retrouve trois jeunes touristes américains qui y sont durant le Yom Kippour. Leur timing est plus que fâcheux puisqu’une des portes de l’Enfer s’ouvrira en ce soir-là, ramenant les morts à la vie dans une forme mi-ange-mi-zombie (et ainsi que d’autres monstres à la King Kong et Marshmallow Man qui sont inutiles au récit). Nos héros se retrouveront alors prisonniers de la Vieille Ville qui est mise en quarantaine par l’Armée et ils devront faire tout pour survivre. Si c’est possible.

Le film est raconter entièrement de la perspective des lunettes Google Glass endommagées d’une des personnages et s’ajoute à cela une utilisation inspirée des applications de géolocalisation, de médias sociaux et de reconnaissance faciale qui amène une approche narrative innovatrice, mais qui peut repousser certains spectateurs. Le tout permet de nombreuses situations amusantes et un plan final de génie.

Bien que les véritables fans d’horreur n’y trouveront pas leur compte, car ce n’est pas bien épeurant; qu’on y retrouve bon nombre de clichés et d’incongruités (comme le fait que la maison au New Jersey a des palmiers); et que les nombreuses gimmicks utilisées par les frères Paz sont plus qu’évidentes, on passe un très bon temps à l’écoute de ce film qui ne saura sûrement pas réellement plaire aux critiques, mais qui rejoindra à coup sûr un large public. (Mais, tous s’entendront que ces cinéastes sont forts, qu’ils ont un talent évident.)

Enfin, étant le tout premier film d’horreur israélien présenté à Fantasia en 19 années, le tout amène un vent de fraîcheur tant sur le festival que sur cette riche cinématographie nationale qui baigne trop souvent dans les drames (de guerre, de religions ou familiales). Mais, Jeruzalem est-il réellement un film israélien? On pose la question, car les frères Paz semblent avoir fait tout en leur possible pour que ce soit une œuvre internationale. Et ils ont réussi!

– ‘xim Sauriol

Fantasia 2015 – Observance

Observance

Avec Observance, le réalisateur australien Joseph Sims-Dennett met en scène la descente aux enfers de Parker (Lindsay Farris), un détective privé chargé de surveiller Tenneal (Stephanie King), une mystérieuse jeune femme aux prises avec des problèmes de violence conjugale. Installé dans un appartement en face de celle-ci, Parker doit noter les faits et gestes de sa « cible », sans jamais intervenir, puis les rapporter à son supérieur. Or, la santé mentale de l’homme est critique ayant perdu récemment son fils unique. Prit dans le logis délabré qu’il occupe le temps de sa mission. Parker commence à être témoin de phénomènes étranges dans l’appartement de Tenneal. Des phénomènes qui bientôt feront échos autour de lui.

Continuer la lecture de « Fantasia 2015 – Observance &rquo;

Fantasia 2015 – Raiders!: The Story of the Greatest Fan Film Ever Made

Raiders_Fan_Film

Qui n’a jamais rêvé d’être un héros de films d’action ? D’incarner le personnage principal d’une grande épopée, d’une aventure qui nous entraine dans des contrées inexplorées. Jeune enfant, il suffit d’un conte, d’une histoire ou d’un long métrage et notre imagination prend le dessus et nous y transporte.

« Raiders!: The Story of the Greatest Fan Film Ever Made » de Jeremy Coon et Tim Skousen est autant un documentaire sur un groupe de jeunes amis qui tentent de recréer scène par scène «Raiders of the Lost Ark» qu’une tentative de recapturer cet enfant intérieur. C’est une lettre d’amour à l’amitié, celle qui traverse les âges, celle à laquelle on revient une fois adulte et celle qui, comme le môme que nous étions, ne nous quitte jamais vraiment.

Continuer la lecture de « Fantasia 2015 – Raiders!: The Story of the Greatest Fan Film Ever Made &rquo;

Fantasia 2015 – Ojuju

OjujuScénario quasi improvisé, direction photo mal foutue, budget inexistant, maquillages ridicules, acteurs sans réel talent (hormis l’attachant Gabriel Afolayan), etc., tout ça fait d’Ojuju un mauvais film en tous points. Mais, il n’en demeure pas moins, qu’étant projeté sur grand écran et à Fantasia de surcroît, que l’on vit, par son écoute, une véritable expérience cinématographique qui nous était jusque-là insoupçonnée et dont on ne regrette vraiment, mais alors là, vraiment pas d’avoir vécu. (Les nombreux éclats de rires dans la salle rendaient le tout encore plus jouissif.)

Ojuju transporte les films de zombies dans la réalité exotique et tiers-mondiste d’un bidonville surpeuplé de Lagos, au Nigéria. On y retrouve Romero (Gabriel Afolayan, justement), un stoner qui essaie de se reprendre en main puisque sa copine est enceinte et aussi, bien sûr, se sortir de son quartier malfamé. Mais, après que le revendeur de drogue Fela et son comparse Gaza furent mordus par un homme qui semblait n’être qu’un simple ivrogne, Romero devra se prendre en main beaucoup plus vite que prévu et sortir vivant de son quartier qui est ainsi devenu infesté de morts-vivants. (D’entrée de jeu, on apprend que plus de 70 000 000 de Nigérians n’ont pas accès à de l’eau potable. Voilà ce qui serait la cause de cette épidémie de zombies.)

Après l’Inde, le Nigéria est le deuxième plus grand producteur de cinéma au monde, et Lagos en est le cœur. Mais, rares sont les œuvres de Nollywood qui sortent des frontières subsahariennes. Ojuju fait figure d’exception ayant même eu une critique dans le Hollywood Reporter, où l’influente publication prédit tout de même de grandes choses pour son réalisateur et scénariste C.J. « Fiery » Obasi qui, malgré l’absence de moyens, démontre une ambition qui semble ne connaître aucune limite. On peut dire la même chose de son film.

Enfin, Ojuju est une œuvre parfaite pour découvrir le cinéma à la Nollywood et pour découvrir des réalités africaines qui nous éloignent parfaitement des capsules à la Vision Mondiale ou des rares et sombres actualités du Continent Noir qui parviennent jusqu’à nous. Et, pour le Nigéria plus précisément, de nous éloigner des incessants déversements et autres problèmes liées à l’extraction du pétrole et des massacres de Boko Haram.

P.-S. Il faut ajouter que la finale du film est parfaite, et ce, aussi bien pour ce qu’il arrive à Romero que pour la scène bonus que l’on y retrouve. On n’en dit pas plus.

– ‘xim Sauriol

Mystérieux Étonnants #420Ant-Man

Cette semaine, on reçoit Nicolas Archambault, programmateur au festival Fantasia. On discute également en fin d’émission du plus récent film de Marvel Studios, Ant-Man du réalisateur Peyton Reed mettant en vedette, Paul Rudd, Michael Douglas et Evangeline Lilly. Bien sûr, comme à l’habitude, nous vous partageons également les dernières nouvelles sur l’univers de la pop culture, jeux vidéos, BD, films, télévision, etc.

Diffusion originale: 20 juillet 2015
Site web: MysterieuxEtonnants.com
Cet épisode a été enregistré à CHOQ.ca
© Les Mystérieux Étonnants. Tous droits réservés.

Téléchargez l'émission ici Abonnez-vous sur iTunes Fil RSS

Fantasia 2015 – Mon premier Fantasia

bannièresitePour une première année (et pour un public dont plusieurs n’ont pas encore fait leur première année), le festival Fantasia se lance dans une opération de charme envers les familles avec la tenue de Mon premier Fantasia qui présente des sélections de courts-métrages pour enfants.

Cela peut paraître étonnant venant de Fantasia, après tout, on associe habituellement ce festival avec du trash, du gore, de l’étrange… avec des films pour un public mature et averti. Mais, après plus de 18 éditions, plusieurs des cinéphiles qui suivent le festival depuis un bon nombre d’années ont maintenant des enfants et ils souhaitent leur partager leur amour du cinéma à la Fantasia.

Les différentes sélections d’œuvres familiales qui sont présentées visent les 7 à 77 ans, mais elles ont été créées en pensant à un public de 6 à 14 ans sans que le tout soit « bébé lala » pour que les parents puissent tout aussi bien s’amuser. [Et ça marche, j’y ai été sans enfant et j’ai passé un très bon temps.]

Ce qui est bien c’est que le tout est tout à fait gratuit et que cela a lieu au Musée McCord, ce qui permet de (re)découvrir cette institution.

Voici les prochaines représentations et leur description :

Mon Premier Fantasia au Musée McCord – Carte blanche à l’Office national du film
Lundi le 20 juillet à 12 h 30, 14 h et 15 h 30.

Ce programme est une carte blanche offerte à Julie Roy, productrice exécutive au studio d’animation français de l’ONF, qui compte à son actif plusieurs oeuvres couronnées de nombreux prix nationaux et internationaux. Dans le cadre de cette carte blanche. Julie Roy proposera une sélection parmi les meilleurs courts réalisés en animation image par image (stop motion).
Tous les films sont en français ou sans dialogues.

Mon Premier Fantasia au Musée McCord – Programme international 2
Samedi le 25 juillet à 12 h 30, 14 h et 15 h 30.

Au programme, 10 courts animés récents venant des quatre coins du monde, dont l’Allemagne, le Brésil, le Chili, la Corée du Sud, les États-Unis, la France, les Pays-Bas, la Russie et la Suisse.
Tous les films sont en français ou sans dialogues.

Mon Premier Fantasia au Musée McCord – Programme québécois
Lundi le 27 juillet à 12 h 30, 14 h et 15 h 30.

Ce programme, entièrement composé de films québécois, propose 19 courts métrages ou micro-courts récents, certains animés, d’autres avec des acteurs, tous présentés dans le but de vous divertir. Vous y verrez notamment quatres épisodes de l’adorable série Camille raconte et trois sélections familiales de l’Office national du film.
Tous les films sont en français ou sans dialogues.

Et voici, en exemple, un court-métrage qui a été présenté, lors de la projection du Programme international 1, le samedi 18 juillet dernier.

– ‘xim Sauriol

Fantasia 2015 – Deathgasm

deathgasm

Cette comédie d’horreur néo-zélandaise nous faire suivre un jeune fan de Heavy Metal. Suite à la mort de sa mère monoparentale Brodie est envoyé, tel un Harry Potter à manteau de cuir, vivre avec la famille de son oncle très religieux. Pour ajouter à l’horreur de la situation, son cousin est un sportif style joueur de football amateur d’intimidation qui se met immédiatement à l’oeuvre pour ruiner la vie déjà misérable de Brodie. Rien n’est franchement mieux à l’école; les gens sont ennuyants, les belles filles n’en ont que pour pour les jocks et Brodie se retrouve enrôlé dans une partie de Donjons & Dragons avec deux tronches, malgré lui. Ce n’est que lorsqu’il fera la rencontre de Zakk, un metalhead endurci. Les deux deviennent amis instantanément et décident de former un groupe de métal qu’ils nomment Deathgasm. Le métal, c’est bien connu, a une réputation de « musique du diable », capable de posséder ceux qui la jouent et l’écoutent. C’est naturellement de la foutaise… mais si c’était vrai?

Continuer la lecture de « Fantasia 2015 – Deathgasm &rquo;

Fantasia 2015 – Ludo

Ludo

Une soirée festive tourne au cauchemar dans « Ludo » du duo de réalisateurs indiens Nikon et Q. Ria (Subholina Sen) et un groupe d’amis font le tour de la ville pour faire la fête. Loin des restrictions parentales, les jeunes adolescents vont danser, boivent de l’alcool et cherchent un endroit pour la nuit où ils pourraient assouvir leurs besoins charnels.

Leur quête les entrainera, après les heures d’ouverture, dans un méga centre d’achats complètement désert. L’emplacement leur semble idéal jusqu’à ce qu’ils fassent la rencontre de deux êtres désincarnés qui y déambulent seuls sans but apparent. Pris au piège avec ces personnages étranges, les adolescents n’ont pas d’autre choix qu’attendre le matin pour pouvoir sortir. Mais la soirée prend un tour pour l’étrange lorsqu’ils sont invités à jouer une partie de Ludo, un jeu de chances et de hasards qui semblent avoir un effet surnaturel sur leur environnement et sur leur état de conscience. Sans le savoir, Ria et ses amis sont désormais les souffre-douleurs du jeu diabolique.

Continuer la lecture de « Fantasia 2015 – Ludo &rquo;

Fantasia 2015 – Slumlord

Slumlord

Présenté cette année en première mondiale durant le festival Fantasia, Slumlord de Victor Zarcoff est un film d’horreur qui oscille entre le drame conjugal et un long métrage de suspense. Troublant et effrayant durant ses séquences les plus efficaces, le récit, signé également par Zarcoff, parvient étrangement à faire rire. Une caractéristique qui peut être autant le fruit de sa mise en scène original que d’une certaine maladresse de la part de ses artisans.

Ryan (PJ McCabe) et son épouse Claire (Brianne Moncrief) emménagent dans une nouvelle maison qu’ils louent à Gerald (Neville Archambault), un propriétaire au physique répugnant et peu bavard. L’homme, que l’on devine rapidement être en proie de pulsions sadiques et perverses, a truffé leur nouveau logis de dizaines de caméras afin de les observer. Or, le jeune couple est en crise alors qu’ils sont sur le point de devenir de nouveaux parents. Ryan est infidèle et entretient une liaison avec une collègue de travail, ce qui ne fait que rajouter de la tension dans une dynamique affective déjà malsaine qui s’est installée entre eux. Point focal et unique de l’histoire, leur maison deviendra le théâtre des sinistres intentions de Gerald qui, lors des fréquentes absences du couple, pénètre chez eux afin de travailler dans la cave de la demeure. Ses intentions demeurent nébuleuses, mais les rares indices qui sont offerts au public témoignent d’un esprit dérangé et du sort qu’il réserve à ses nouveaux locataires.

Slumlord aurait pu facilement tomber dans les codes, et aussi les faiblesses, du « Found footage », mais les évite sans difficulté. Les caméras de surveillances qui tapissent la demeure auraient pu être utilisées comme excuse scénaristique simple afin d’enchainer les scènes de nudités, les déboires amoureux et autres séquences gratuites qui auraient servi autant à assouvir les pulsions du propriétaire que celle d’une audience en manque de téléréalité. Il n’est rien de tel. Au contraire, ce qui aurait pu n’être qu’un « gadget » d’un réalisateur en quête d’une nouvelle approche est mis de côté au profit d’une histoire qui capture l’intérêt de son public.

Si le film est avant tout présenté comme un récit d’épouvante, la réalité en est toute autre chose. Il est vrai que l’interprétation de Neville Archambault est effrayante et ses rares écarts de violence sont terrifiants. Son physique horrible, amalgame d’un vieux lutteur et celui de Quasimodo, est assez pour glacer le sang. Néanmoins, Gerald frôle la caricature à un tel point qu’il engendre davantage les rires que des frissons. Avec son air bêta, ce personnage, qui par ailleurs est aussi peu loquace, est étonnamment attachant, et nous apparait aussi sympathique que désaxé. Ce n’est que lorsqu’il commet l’irréparable. Que toute sa dimension de sociopathe est montrée au grand jour.

On est davantage intrigué par la liaison de Ryan et de ses répercussions sur son couple que l’on est par le vieil homme qui guette dans l’ombre. Le jeune époux réussit, de peine et misère, à cacher son infidélité. Ses déboires prennent l’avant-plan à l’horreur et c’est avec un ton amusé qu’on le voit se démener vers l’inévitable implosion de son couple.

Malgré son approche hors norme et son rythme lent, on ne peut faire autre chose qu’être engagé dans Slumlord. Ses personnages, quoique plus grands que nature, sont attachants et on en vient à se soucier de leur sort. Simple, efficace, la mise en scène de Victor Zarcoff a tout ce dont le cinéma indépendant incarne. Soit une approche peu orthodoxe qui souffre parfois d’un certain manque de ressources financières, mais qui se reprend sur la forme afin d’offrir un film qui n’est pas comme les autres. De l’horreur. De l’humour ? Mais un film unique.

Slumlord sera projeté le 19 juillet à 14 h 45 à Salle J.A. De Sève de l’université Concordia.

– Benoit Mercier

Fantasia 2015 – Bridgend

1211556_Bridgend (1)Le film danois Bridgend nous plonge, nous enferme dans la noirceur d’un groupe de jeunes désœuvrés qui errent en forêt, se baignent nus, allument des bûchers, gueulent le nom de leurs confrères disparus, se saoulent… d’une manière quasi rituelle. Leur seule routine : un nouveau suicide d’un de leurs amis. C’est en cette horreur du mal de vivre, cet univers claustrophobe que Sara se retrouve aspirée, lorsqu’elle emménage avec son père policier dans la petite ville de Bridgend, au Pays de Galle.

Le documentariste danois Jeppe Rønde fait ici une première incursion dans la fiction en restant tout de même près de la réalité, d’une réalité dont on aimerait normalement détourner le regard. C’est qu’entre 2007 et 2012, 79 suicides (presque tous par pendaison et sans lettre d’adieu) ont été rapportés dans le comté de Bridgend; la plupart des victimes étaient des adolescents âgés de 13 à 17 ans. Pendant six années, M. Rønde a visité les jeunes de la région pour chercher à comprendre. De ses recherches, il en a tiré une trame minimaliste mélangeant le cinéma de Larry Clark et le Dogme95 (malgré l’utilisation de musique).

On apprécie cette recherche d’authenticité (notamment l’utilisation de jeunes acteurs non professionnels de la région), quoique ce respect semble avoir emprisonné quelque peu le récit. Bien sûr, on est ici dans un film « inspiré de », donc dans une certaine spéculation, mais on aurait aimé que le tout dégénère dans un véritable carnage que la ville vire véritablement à feu et à sang comme le récit nous laisse présager. (Quoiqu’il nous y mène quelque peu dans une finale maîtrisée aux images fortes. Saluons en passant, la direction photo simple, mais terriblement efficace.)

Le développement des personnages laisse à désirer; on ne nous permet pas de comprendre leur psyché. Par cela, on n’arrive pas à s’attacher à Sara. Pour ce qui est des acteurs, Hannah Murray (Skins, Game of Thrones) est correcte dans son interprétation de Sara, mais Josh O’Connor, celui qui joue son copain Jamie, le fils du curé, vole carrément la vedette. Disons qu’il est un Eddie Redmayne en plus badass et moins roux.

Bridgend est un gracieux film coup-de-poing. Mais, on aurait aimé un peu moins de grâce et plus de force de frappe, en ressortir avec notre bouille de cinéphile complètement amochée, ensanglantée. Enfin, il s’agit d’un de ces films dont on n’apprécie pas particulièrement lors de l’écoute, mais qui reste avec nous, nous hante dans les jours suivants.

Quoique pas parfait, Bridgend est un film terrifiant, tragique qui vaut la peine d’être vu.

– ‘xim Sauriol

Fantasia 2015 – Catch Me Daddy

catch me daddy

Le festival Fantasia nous offre très souvent la chance de découvrir d’excellents films avant la majorité du grand public. Parfois, on n’a pas droit à un grand film mais on ressort de la salle avec tout de même l’impression d’avoir déniché quelque chose de spécial.

Catch Me Daddy est l’histoire de Laila, une jeune adolescente britannique d’origine pakistanaise qui habite avec son copain Aaron. Le couple n’a pas beaucoup d’argent mais énormément d’amour l’un pour l’autre. Les premières interactions auxquelles on assiste cachent pourtant quelque chose qui hante leur quotidien, une épée de damoclès pas très loin au-dessus de leurs têtes: Laila est une fugitive. Elle a fui le domicile familial et l’autorité envahissante, voire dangeureuse de son père au grand désarroi de celui-ci. Lorsqu’il engage le grand frère de Laila et sa bande d’amis en plus de deux chasseurs de tête de bas niveau, le bonheur et la sécurité des jeunes amoureux seront fracassés.

Catch Me Daddy est le premier film du réalisateur Daniel Wolfe, qui a fait son nom dans les vidéoclips et il est facile de voir cette influence dans son oeuvre. Une caméra très active, un montage légèrement hyperactif, des choix de plans non-conventionels mais surtout une énorme présence de pièces musicales qui semblent tout droit sorties de la librairie du cinéaste. Les images jurent parfois avec les choix musicaux et ça peut devenir irritant pour certains mais la recette a fonctionné avec moi, d’autant plus qu’elle me rappelait le génie musical de la première saison de True Detective. Le premier acte du film est lent à outrance mais sans être mauvais; Wolfe excelle dans les moments intimes et sa dépiction de Laila est ennivrante. Il faut dire que l’actrice Sameena Jabeen Ahmed est éblouissante dans le rôle. La tension attend son paroxysme lorsque les amoureux sont découverts, on s’attend alors à une explosion des émotions, à de l’action ou à tout le moins à une résolution, soit-elle bonne au mauvaise. On n’aura malheureusement droit à rien de tout ça. Wolfe s’attaque à plusieurs énormes et très complexes sujets pour son premier long-métrage; la misère, la pauvreté, la violence, le racisme, le crime d’honneur au sein de la communauté musulmane, la toxicomanie… Les portraits qu’il en tire sont authentiques mais ne nous emmène nul part qui n’aurait pas été exploré auparavant. On devine une certaine maladresse de débutant dans le montage; certaines scènes de nuit sont complètement inutiles parce que beaucoup trop sombres et le film souffre d’être franchement trop long. Wolfe n’avait-il pas le coeur de faire plus de sacrifices lors de la post-production?

J’ai découvert un réalisateur de talent avec ce film, qui dirige ses acteurs avec main de maître et qui de toute évidence a envie d’échauffer les esprits avec de nouvelles idéee. Je garderai certainement l’oeil ouvert pour ses prochaines oeuvres et j’espère qu’il apprendra des faiblesses de Catch Me Daddy.